XML : un pléonasme à 290 millions de dollars ?




Je pensais bêtement que la définition d’XML était la possibilité de manipuler indépendamment les données et leur mise en forme…

Que penser du cas de l’éditeur canadien i4i qui prétend avoir mis au point une méthode pour enregistrer de façon séparée la mise en forme, les balises “metacodes” d’un document de traitement de texte et le contenu. Méthode que Microsoft aurait pillée pour son outil planétaire Word 2003 et 2007.

Comment plaider l’originalité radicale dans l’emploi de la fonctionnalité première du langage XML par ailleurs libre ?

L’affaire est relancée puisque Microsoft a perdu en appel…

Faites vous une idée avec le pdf du brevet, Annexe A qui indique assez la nature générale (trop générale ?) du procédé…

Comments are closed.